Un voyage à travers 100 ans

La Fédération CJA (1917-2017) ;
un siècle de philanthropie juive à Montréal

Pierre Anctil

Remettre volontairement une partie de ses biens à des personnes plus démunies que soi fait partie intégrante du judaïsme depuis les tous débuts. La bible érige d’ailleurs ce geste au rang d’obligation morale et de précepte fondamental auquel nul n’est soustrait, peu importe sa situation matérielle ou financière. Le terme hébreu le plus couramment utilisé pour exprimer cette nécessité du don est celui de tzdakah, qui signifie tout simplement « justice ». Sous cette optique, celui qui remet à autrui une partie de sa fortune – même modeste – accomplit l’un des devoirs les plus importants exigés en vue d’une vie spirituelle pleine et entière. Dans le judaïsme, celui qui donne réalise le bien et incarne un idéal de droiture. Plusieurs penseurs juifs se sont penchés d’ailleurs sur le concept de tzdakah et ont cherché à en établir les limites de manière plus précise.

Lire la suite >